Le prince de Sologne en fait-il trop ?

Guillaume Peltier, prince de Sologne et roi des plateaux télé de chaînes « tout info », ne cache pas son envie de voir revenir Nicolas Sarkozy à la fois à la tête de l’UMP et au sommet de l’Etat. Il y croit dur comme fer, juré craché si je ments je vais en enfer. A qui veut bien l’écouter, il claironne partout qu’il fait partie du petit cercle de jeunes générations, de « nouvelles têtes » (à claques ?) qui entourent déjà l’ex-président de la République dans sa reconquête du parti. Il était sur le plateau de France 2 le 21 septembre dernier (dans l’ombre) lors de l’interview avec Laurent Delahousse. On l’a vu au meeting du Pas-de-Calais quelques jours plus tard, sur la tribune, avec ses binocles de personnage sortant tout droit du « Petit Nicolas ». On l’a entendu chez Bourdin de RMC, bref : il est partout.

Sarkozy, pas encore revenu, jamais vraiment parti, sur le mode « j’ai changé » (de quoi ? Pas vraiment de chemise ni de costume, il est habillé pareil depuis 2007…) : Sarkozy, « du pareil au même » donc, magasin de fringues pour enfants de moins de 12 ans. Mais Guillaume de Sologne y croit, lui, à ce retour. Acte I : faire main basse sur l’UMP, et cesser l’acharnement thérapeutique en passant à l’accompagnement du mourant. Acte II : une fois le hold-up réalisé, changer le nom du parti, changer tout, ripoliner l’UMP à la sauce reconquête de l’Elysée pour 2017, et jouer la balle au centre (si ce dernier se décide un jour à décider quelque chose…), en allant aussi flirter sur la droite de la droite, à savoir l’extrême droite. En cela, reconnaissons-lui ce défi jamais vu sous la Ve République d’essayer de reprendre le pouvoir suprême après une défaite. Car oui, c’était bien, en mai 2012, une défaite, et pas : « j’ai failli gagner ».

Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres, et comme le dit A. Montebourg (vice champion du prix de l’humour politique 2014) : « Oui je pense qu’on peut croire à un retour de Nicolas Sarkozy. Avec des menottes ». Et Guillaume, lui, dans tout ça ? Il est sur tous les fronts. De la mairie de Neung-sur-Beuvron (combien de divisions ?), aux futures élections régionales en passant par les cantonales de mars prochain et la présidence de l’UMP de Loir-et-Cher et la communauté de communes, le Prince de Sologne allume tous les feux sur la gazinière pour y placer toutes les casseroles possibles. Espérant qu’elles ne soient pas celles de son mentor, et qu’au moins une d’entre elles soit bonne à sortir du feu par opportunisme dans le courant de l’année prochaine, voire en 2017.

Comme souvent, il en fait trop, mais ce n’est finalement pas ça le plus inquiétant pour lui. Le plus inquiétant c’est qu’il peut se retrouver à poil à la fin de cette foire d’empoigne qui s’annonce dans les 31 mois qui viennent (31 mois ! Quelle condamnation !). Car Sarkozy président, c’est loin, très loin d’être acquis.

Il pourra, le cas échéant, aller se rhabiller chez « DPAM », Du pareil au même… Dans du 12 ans.

 

Publié dans : Actualités |le 4 octobre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Leboutdutunnelestclair |
suréfficient mental ( neuro... |
De fontaines en villages en... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dillinger Sud Ouest
| Le College version Ado
| Secretdefiv