Momo zappe l’arrivée du préfet

La rentrée politique commence fort : le 1er septembre, Yves Le Breton, nouveau préfet, inaugurait ses premiers chrysanthèmes place de la République à Blois. Un traditionnel dépôt de gerbe au monument aux morts.

Sur la place, autour de lui, le maire de Blois Marc Gricourt, le député Denis Robilliard, le sénateur-maire de Romorantin Jeanny Lorgeoux, la sénatrice Jacqueline Gourault, la conseillère régionale Karine Gloanec-Morin. Et c’est tout. Ah bon ? Mais… où étaient les deux autres députés, Momo Leroy et Patrice Martin-Lalande ? Aux champignons sans doute… Le premier n’avait pourtant pas beaucoup de chemin à parcourir pour venir : une rue à traverser. Quant au second, il préparait peut-être ses bottes pour la chasse dans une des propriétés de sa circonscription.

Il s’agissait probablement de se « venger » du limogeage du précédent préfet, avec lequel le président du CG était cul et chemise, plus dans sa ligne politique… (du fait notamment de son passage au cabinet de Roselyne Bachelot, ministre en même temps que lui sous Sarko). D’ailleurs, lors de son pot de départ, via les bouches décousues habituelles – canal historique -  Momo a efficacement distillé la rumeur selon laquelle le président d’Agglopolys, Christophe Degruelle (l’autre roi de Loir-et-Cher), étrangement absent à la préfecture ce jour-là, serait à l’origine de sa mise au placard. Pas impossible, vu qu’il a le bras aussi long que le cumul de ses fonctions, et les petits émoluments qui vont avec… C’est en tout cas ce que les bouches d’or à la langue aussi bien pendue que chargée ont laissé entendre à tire larigot. Le roi Degruelle dans son palais de la rue Honoré de Balzac a du avoir de sérieux acouphènes !

Ah ! les petits potins… C’est sans doute ça, les « valeurs républicaines » : petites vengeances et perfidies, entre gens de bonne compagnie naturellement. Faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais. Ça nous manquait finalement, après la torpeur estival, sorte de trêve des cons-faiseurs malgré eux.

Qu’ils se rassurent, c’est une constante : les absents ont toujours tort !

Publié dans : Costaud, la boulette ! |le 3 septembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Leboutdutunnelestclair |
suréfficient mental ( neuro... |
De fontaines en villages en... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dillinger Sud Ouest
| Le College version Ado
| Secretdefiv